Marvel's Collections & Customs

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le deal à ne pas rater :
Black Friday chez ASOS : Les plus grosses promos – Jusqu’à -80%
Voir le deal

ROBIN(S)

jarvis69
jarvis69
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 17705
Age : 58
Date d'inscription : 31/01/2009

ROBIN(S) Empty ROBIN(S)

Message  jarvis69 Sam 25 Fév 2012, 06:27

( source Urban Comics )

Batman ne se bat pas seul face au crime . A ses cotés , plusieurs ROBIN se sont succédés .....


Dick Grayson : le successeur

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



1e apparition : Detective Comics n° 38, 1940.

Acrobate de cirque, le jeune Richard « Dick » Grayson est recueilli par Batman après que ses parents ont été assassinés sous ses yeux par le gangster Boss Zucco. Reflétant la tragédie personnelle de Bruce Wayne, l’événement l’incite à recueillir le jeune homme et en faire son pupille. Lui confiant le secret de sa double-identité, il en fait également son partenaire sous le pseudonyme de Robin, surnommé « le petit génie » (« The Boy Wonder » en V.O.).

Le héros est une création collective du scénariste Bill Finger et des dessinateurs Bob Kane et Jerry Robinson. Son nom est à la fois un hommage à Robin des Bois et à l’oiseau homonyme, le rouge-gorge. Premier jeune partenaire d’un super-héros, il va à la fois rassurer les ligues parentales qui tiquaient aux aventures primitives plus violentes du Batman, mais également offrir une identification aux lecteurs : quel enfant ne rêverait pas de piloter la Batmobile, jouer des poings contre le Joker ou bondir par-dessus les toits. Dans les mois qui suivent, de nombreux imitateurs investissent les pages des comic books : Toro pour Human Torch, Bucky pour Captain America, Sandy pour le Sandman etc…

Des années 1940 aux années 1960, Robin va assister sans relâche Batman, apparaissant également dans les serials consacrés au héros (The Batman en 1943 et Batman and Robin en 1949), la série télévisée (trois saisons de 1966 à 1968) et quelques épisodes radiophoniques de Superman. Mieux, Dick Grayson aura même droit, à l’instar d’Alfred, à ses propres aventures en solo dans la revue Star-Spangled Comics (du n° 65 au 130, 1947 à 1952). Ainsi, si Batman est toujours (ou presque) suivi de Robin, ce dernier peut voler de ses propres ailes sans son mentor ! Pour tout un chacun, « Batman » est invariablement suivi de « et Robin, le petit génie »…



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]… Jusqu’en 1969, lorsque le scénariste Frank Robbins décide d’envoyer Dick Grayson à l’université d’Hudson. Dans Batman n° 217, l’épisode « One bullet too many ! », dessiné par Irv Novick, décrit cette séparation, et montre Bruce Wayne et Alfred déménager dans l’immeuble Wayne Tower en plein centre-ville de Gotham, où ils y resteront jusqu’en 1982 (Batman n° 348). Entre-temps, Dick Grayson résout des enquêtes sur son campus et devient même un temps l’assistant d’une politicienne appelée… Barbara Gordon, connue également sous le nom de Batgirl ! Les deux jeunes gens vont se rapprocher, avec ou sans masques, mais d’autres responsabilités vont accaparer Dick : celles de leader des Teen Titans. Membre fondateur de l’équipe dès 1965 (The Brave and the Bold n° 60), il va participer à ses nombreuses incarnations et notamment à celle des années 1980, chapeautée par Marv Wolfman et George Pérez, apparue dans DC Comics Presents n° 26.

Au sein de ce groupe, Dick va non seulement rencontrer le grand amour en la personne de la princesse extraterrestre Koriand’r, dite Starfire, mais également s’émanciper de l’ombre de la chauve-souris, en adoptant un nouveau nom de code et un nouveau costume : ceux de Nightwing (Tales of the New Teen Titans n° 44 en 1984). Ce n’est pas le premier héros à prendre ce nom, puisque Superman utilisait le pseudonyme lors d’aventures au sein de la ville-bouteille de Kandor, dans laquelle il ne possédait pas de pouvoirs et s’inspirait de Batman pour y rendre la justice.

Après avoir quitté les Titans dans les années 1990, Nightwing reviendra à Gotham City prendre la place de son ancien mentor qui se remet des événements de la trilogie Knightfall/Knightquest/Knightsend (1993-1994). La saga Prodigal verra Dick Grayson prendre enfin le rôle de Batman, chose qui n’était arrivée jusqu’ici que dans des histoires imaginaires (notamment celles écrite par Alfred, dans les années 1960).

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Suite à cette période d’« intérim », Dick redevient Nightwing et déménage cette fois-ci pour Blüdhaven, une ville encore plus gangrénée par le crime que ne l’est Gotham. Après un temps passé dans les forces de l’ordre, Dick Grayson verra avec horreur cette ville réduite à un no man’s land radioactif suite à une attaque du monstre Chemo. Nightwing restera un temps à New York jusqu’à ce que le complot du Gant Noir ne le force à rejoindre Gotham juste à temps pour assister à la disparition de Bruce Wayne.



Dès lors, Dick prend une deuxième fois la place de son ancien partenaire, épaulé par Damian Wayne, fils de Bruce et nouveau Robin, et affrontant de dangereux nouveaux ennemis comme le professeur Pyg, l’assassin Flamingo et le Priseur, responsable d’une vente aux enchères d’artefacts criminels (voir Sombre Reflet tomes 1 et 2, dans la collection DC Classiques). Il marque de son caractère plus affable et enjoué son « interprétation du rôle », et devient vite très populaire auprès des habitants de Gotham, à tel point que Bruce le laisse comme « Batman officiel » de la ville tandis qu’il voyage à travers le monde pour mettre en place Batman Incorporated. Mais les événements de Flashpoint et de la Renaissance DC vont à nouveau rebattre les cartes de l’organisation de la chauve-souris.

Jason Todd : le mouton noir (et rouge)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


1e apparition : Batman n° 366 (1983)

Dans la période pré-Crisis (avant 1986), l’histoire de Jason Todd, réalisée par Gerry Conway et Don Newton, était calquée sur celle de Dick Grayson et en faisait, lui aussi, un enfant de la balle, dont les parents avaient été tués par Killer Croc. Seule différence : Jason, rouquin, était obligé de se teindre les cheveux en Robin. Conway tenta, pendant un temps, de proposer un Robin noir, nommé Raven, mais un personnage homonyme était apparu dans les New Teen Titans, et l’idée fut abandonnée.

Après Crisis, le scénariste Max Allan Collins modifie les origines et en fait le fils d’un truand, assassiné par Double Face (Batman n° 408 de 1987). Plus arrogant et plus violent, ce nouveau Jason va se démarquer de son prédécesseur, mais également diviser les lecteurs. Lors de l’arc intitulé « Un deuil dans la famille » (Batman n° 426 à 429, 1988-1989), son sort va être placé dans la balance après une explosion orchestrée par le Joker, les lecteurs ayant le choix entre deux numéros de téléphone pour sauver ou condamner le personnage. C’est cette dernière option qui sortira victorieuse et la mort de Jason Todd deviendra le pire échec du Chevalier Noir, le hantant des années durant.

Dans l’arc « Silence » (Batman n° 608 à 619, 2002-2003), Jeph Loeb et Jim Lee vont insister sur ce trauma en orchestrant le faux retour du jeune homme (en fait, le criminel métamorphe Gueule d’Argile). Mais l’idée persiste, et c’est en 2005 (Batman n° 635 de Judd Winick et Doug Mahnke) que Jason ressurgit dans la vie de nos héros, sous l’identité du Red Hood, autrefois utilisée par l’homme qui allait devenir le Joker. Son retour est du à une distorsion temporelle opérée par le renégat Superman-Prime durant les évènements d’Infinite Crisis. Devenu la terreur de la pègre, le vigilant Red Hood va utiliser des méthodes expéditives dans sa vendetta contre les criminels et affronter à de nombreuses reprises ses anciens partenaires. La Renaissance DC va le voir embarqué dans une nouvelle équipée sauvage…


Tim Drake : l’admirateur

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



1e apparition : Batman n° 436, 1989.

Après la mort de Jason Todd, Batman se radicalise et se lance dans une course en avant contre la pègre de Gotham. Inquiet de ce tournant psychotique, un aspirant détective, Tim Drake, retrouve la trace de Nightwing et lui demande de rejoindre Bruce Wayne. Tim avait assisté, très jeune, en tant que spectateur, à l’assassinat des parents Grayson et s’était passionné ensuite pour le tandem de Batman et Robin, allant jusqu’à percer le secret de leurs identités. Dans l’arc « A lonely place of dying » (1989), sous l’égide des auteurs des New Teen Titans, Marv Wolfman et George Pérez (assistés de Tom Grummett et Jim Aparo), il sauve Batman et Nightwing de Double-Face et convainc Bruce de le laisser l’assister. L’entraînement sera long et intensif, marqué par un drame : la mort de sa mère lors d’un voyage à l’étranger (Detective Comics n° 618-621 de 1990 par Alan Grant et Norm Breyfogle). Il prendra enfin sa fonction dans Batman n° 457 (de la même année, par les mêmes auteurs), non sans revêtir un nouveau costume conçu par le légendaire Neal Adams.

Grâce au scénariste Chuck Dixon, Tim Drake va acquérir son propre titre en 1993 : Dixon va y dépeindre la double-vie de Tim Drake, tiraillé entre sa vie scolaire et ses activités nocturnes, mais également ses devoirs envers son père, Jack Drake, paralysé dans l’accident qui lui a coûté sa femme. Petit à petit, Tim, comme son « frère d’armes » Dick, devient un pilier de la communauté super-héroïque, allant jusqu’à fonder Young Justice (1998) et une nouvelle mouture des Teen Titans (2003), se liant d’amitié avec Superboy, Bart Allen et Wonder Girl. Son but avoué à l’époque est d’aider autant que possible son mentor, dans l’optique d’abandonner à terme son costume et de retourner à la vie civile. Mais le destin en décidera autrement…

Dans le crossover Identity Crisis (2004), le Captain Boomerang assassine Jack Drake. La vie de Tim prend alors un tournant différent de ce qu’il espérait et Bruce décide alors de l’adopter. Mais un autre obstacle attendra Tim Drake Wayne en la personne du fils naturel de Batman, Damian Wayne. Leur première altercation laisse un Tim battu et ensanglanté, mais ce sont ses talents de détective qui l’aideront à contrer l’attaque du Gant Noir et du Dr Hurt.

Après la disparition de Bruce Wayne, Tim adopte l’alias de Red Robin, ainsi qu’un costume issu du Kingdom Come, conçu par Alex Ross et suit les indices menant à son mentor, disparu dans le temps. Après la Renaissance, Red Robin et les Titans vont voir leur continuité bouleversée.

Damian Wayne : le fils maudit


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


1e apparition : Batman n° 655, 2006

Lors de son premier arc sur la série, Grant Morrison s’inspire de multiples histoires issues de la mythologie de Batman et particulièrement de Son of the Demon, un graphic novel jusqu’ici hors continuité, qui voyait Bruce Wayne et Talia (la fille du criminel Ra’s Al Ghul) consommer leur union et avoir un enfant. Néanmoins, Talia dissimula à Bruce la naissance de son fils et lui fit croire à une fausse couche, laissant en réalité l’enfant aux bons soins d’une famille adoptive. Morrison reprend l’idée d’un fils, né de Talia, mais entraîné par les hommes de celle-ci, la Ligue des Assassins. Redoutable et sans pitié, Damian, confié aux bons soins de Bruce, débute en tuant les ennemis de ce dernier, dont le super-vilain, le Spook. Il affronte également Tim Drake suscitant la colère de Batman.

Après la mort apparente de ce dernier, Damian devient officiellement le Robin de Batman/Dick Grayson (Batman & Robin n° 1, 2009), qu’il considère petit à petit comme un mentor valable et à qui il souhaite prouver qu’il est digne de son héritage. Après le retour de Bruce, Damian demeure Robin, mais des tensions se font sentir entre le père et le fils et les événements de la Renaissance DC ne vont pas les apaiser. Reste à savoir si le futur qui le voit devenir à son tour Batman (Batman n° 666, de 2007) est hypothétique ou non ?



Et les autres…

Car, après plus de 70 ans d’aventures, nombreux ont été les Robins, issus de passés ou futurs possibles, parallèles ou imaginaires.

Ainsi, Ed Hamilton et Dick Sprang nous apprennent, dans Detective Comics n° 226 (1955), que c’est Bruce Wayne qui créa le costume de Robin alors qu’il était adolescent et entraîné par un détective de renom, Harvey Harris.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Dans Batman n° 26 (1944), Joseph Greene et Dick Sprang inventent les Batman et Robin de l’an 3000, Brane et Ricky. Dans le même ordre d’idée, Brane Taylor, un autre Batman du futur (de l’an 3051), combattra le crime auprès de son propre Robin (Batman n° 67, 1951 par Bill Finger et Dick Sprang). Ces deux successeurs possibles seront entraperçus dans les pages dessinées par David Finch de Batman n° 700 de 2010, écrit par Grant Morrison. On y retrouve également le Robin robotique du « Batman du 853e siècle » issu du crossover DC One Million, écrit par Morrison en 1998.



En 1960 (Batman n° 131), Alfred (aidé par Bill Finger et Sheldon Moldoff) imaginera des histoires montrant le mariage de Bruce Wayne et Kathy « Batwoman » Kane. Leur fils, Bruce Jr, deviendra le Robin II de Batman II (Dick Grayson) dans une situation dont s’inspirera Grant Morrison par deux fois : avec Tim Drake en Batman II, dans ses numéros de JLA n° 8 et 9 (1997), et dans Batman & Robin avec le tandem Dick Grayson/Damian Wayne.

À l’époque des Terres parallèles, le Robin de Terre-2 (la terre des héros de l’Âge d’Or), Dick Grayson, deviendra un membre influent de la Société de Justice d’Amérique, allant jusqu’à entraîner (et séduire) la fille des défunts Batman et Catwoman, Helena Wayne, dite Huntress. Son premier costume de Robin « adulte » dans Justice League of America n° 55 (1967) s’inspirera de celui de Batman, et son second, sera un uniforme conçu par Neal Adams. Ce Robin de Terre-2 périra, ainsi que son monde, lors de la Crise de 1985, avant de revenir lors de la saga « Thy Kingdom Come » de Justice Society of America, en 2008.



Dans le futur hypothétique de The Dark Knight Returns (1986)[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image],

Frank Miller créera, d’après une suggestion de John Byrne lui montrant un dessin de Jaime Hernandez, la première Robin : Carrie Kelley. Secourant un Batman quinquagénaire de l’assaut du gang des mutants, elle le rejoindra dans sa croisade contre le crime. Dans la suite, The Dark Knight Strikes Again (2002), Carrie, plus âgée, prendra l’identité de Catgirl.



Et dans l’univers DC Classique, une autre jeune fille téméraire reprendra momentanément le flambeau de Robin : il s’agira de Stephanie Brown, connue sous le nom de Spoiler et créée par Chuck Dixon et Tom Lyle, en 1992, dans Detective Comics n° 647. Fille de l’ennemi de Batman, le Cluemaster, Stephanie tentait de racheter les fautes de son père en tant que Spoiler, quand elle tomba amoureuse de Tim Drake. Batman lui offrit le poste de Robin (Robin n° 126 en 2004), quand Jack Drake découvrit la double-identité de son fils et lui interdit de continuer cette carrière. Malheureusement, elle fût capturée et torturée par Black Mask lors d’une guerre des gangs (War Games, 2004) et le Dr Leslie Thompkins feint son décès pour pouvoir la sauver. Après avoir assisté Leslie en Afrique, Stephanie retourne aux États-Unis et rejoint les Outsiders avant d’être recrutée par Barbara Gordon pour devenir la nouvelle Batgirl.

Aujourd’hui, Damian Wayne est l’actuel prétendant au titre de Robin, mais qui sait si Bruce Wayne pourra longtemps faire confiance à un partenaire si proche de ses pires ennemis ? Seuls Peter Tomasi et Patrick Gleason, les nouveaux maîtres d’œuvre de Batman & Robin détiennent, pour le moment, les réponses.



__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    La date/heure actuelle est Mar 30 Nov 2021, 08:15