L’heroic fantasy au cinéma

Partagez
avatar
BBLACKWOLF
Rédacteur / Editor
Rédacteur / Editor

Masculin Nombre de messages : 6037
Age : 51
Localisation : Cimmerie
Date d'inscription : 11/02/2009

L’heroic fantasy au cinéma

Message  BBLACKWOLF le Mar 26 Jan 2010, 09:29

L’heroic fantasy est à l'origine le nom donné à la fantasy, dans le sens d'oeuvres centrées sur des aventures héroïques dans des mondes imaginaires au contexte fortement médiéval ou pré-moyenâgeux ( Thorgal). Les puristes et les anciens utilisent encore ce nom pour définir l'ensemble des productions de fantasy. Il faut dire qu'avant la première guerre mondiale, les oeuvres étaient assez uniformes.

L’heroic fantasy se trouvait surtout dans la bande dessinée et dans les pulps, fanzines de mauvais papier dans lesquels on pouvait trouver des aventures de guerriers virils combattant des créatures monstrueuses, des démons maléfiques et des sorciers pervers.

Dans les années 40, l'apparition de thèmes et d'éléments différents en fantasy a entraîné la création de sous-genres, et l’heroic fantasy devint alors le nom donné à l'un de ces sous-genres.

Le personnage est un élément clé de l'intrigue en heroic fantasy, parfois aux dépens du monde qui l'entoure, ou des personnages secondaires peu développés. C'est souvent un solitaire, sans attaches, qui évolue dans des royaumes en conflits, dans un monde violent et brutal. L'un des lieux communs les plus connus de l’heroic fantasy est le personnage de Conan le Cimmérien (ou Conan le Barbare) créé par Robert E. Howard dans les années 1930. Personnage massif affrontant mille dangers dans de nombreuses nouvelles, il symbolise la force sauvage, non-civilisée mais aussi non-pervertie.

La distinction entre heroic fantasy (« fantaisie héroïque ») et sword and sorcery (« épée et sorcellerie ») ne fait pas consensus. L'auteur Fritz Leiber utilisait ce dernier terme pour distinguer les aventures de héros musclés, amoraux et violents contre le surnaturel (sword and sorcery, à l'image du Conan de Robert E. Howard), contre des champions vertueux défendant le Bien contre le Mal (à l'image de Aragorn de J. R. R. Tolkien et des récits du moyen-âge, tel Le Morte d'Arthur de Thomas Malory). Une certaine distinction peut se tenir entre heroic fantasy et sword and sorcery. La sword and sorcery est plus brutale que l’heroic fantasy et la magie y est toujours maléfique alors que dans l’heroic fantasy, la magie peut être détenue par le héros ou être détenue par un de ses alliés temporaires.

La sword and sorcery des premiers temps croise souvent la dark fantasy et la science fantasy. En effet, l'univers de sword and sorcery est souvent très sombre et on y croise des héros amoraux comme en dark fantasy. L’heroic fantasy et la science fantasy sont surtout mêlés dans les œuvres de Burroughs ou de Brackett.

L’heroic fantasy ne peut pas se mêler à la high fantasy qui est son opposé pas plus qu'avec la fantasy urbaine dont le contexte est contemporain, la Fantasy of manners ou la fantasy mythique dont l'univers est souvent merveilleux.
Genèse et historique [modifier]

Le véritable créateur de l’heroic fantasy, contrairement à ce qu'on pense, n'est pas Robert E. Howard mais Edgar Rice Burroughs (bien que celui qui ait perfectionné l'art soit Tolkien, avec Le Seigneur des anneaux, Le Silmarillion ainsi que Les contes et légendes du 1er, 2e et 3e Age).

Son Tarzan (créé en 1912) fait d'abord office de personnage précurseur. Bien que dans un premier temps il ne soit pas dans un univers de fantasy, il a toutes les caractéristiques du héros. Il mise sur sa force physique, est peu civilisé et évolue dans un monde brutal. Dans la jungle africaine, il combat contre des bêtes, des sorciers africains et d'étranges tribus. Mais au fur et à mesure, Tarzan sort du cadre purement aventureux pour rentrer dans la fantasy. Il rencontre la magie, d'horribles monstres et des civilisations aux moeurs barbares et cruelles.

Dans le même temps, Burroughs rentre de plain-pied dans l’heroic fantasy avec toute une série de cycles : le Cycle de Mars, le Cycle de Vénus, le Cycle de la Lune et le Cycle de Pellucidar. Ces cycles mettent en scène un personnage héroïque perdu dans des mondes en conflits qui sont en fait des planètes du système solaire. L'imbrication technologie-fantasy en fait aussi le précurseur de la science fantasy.

À l'époque, la plupart de ces histoires sont des nouvelles publiées dans les pulps. C'est dans ceux-ci que l’heroic fantasy va naître.

Le deuxième grand auteur d’heroic fantasy est évidemment Robert E. Howard. Il va créer le véritable archétype du héros d’heroic fantasy.


_____________________________________________________________________________________________________________________________

L’heroic fantasy aux cinéma


_____________________________________________________________________________________________________________________________

1924

Les Nibelungen : Siegfried,



De Fritz Lang
Avec Margit Schön, Gertrud Arnold, Theodor Loos
Titre original : Die Nibelungen : Kriemhilds Rache
Pays d'origine : Allemagne
Durée : 129 minutes





extraits